Égalité entre les femmes et les hommes : ce n’est pas qu’une question d’équilibre !

Nous devrions tous aspirer à l’équilibre. Aspirer à une vision équilibrée, à une représentation équilibrée ou à un équilibre des pouvoirs. La Journée internationale des femmes de cette année, le 8 mars, ne fait pas exception : il s’agit de bâtir un monde qui prône l’égalité entre les femmes et les hommes.

Il s’agit d’un appel à concrétiser plus rapidement cette égalité et à améliorer le statut social, économique, culturel et politique des femmes.

Ce jour-là, partout dans le monde, de nombreuses personnes célébreront et reconnaîtront les nombreux résultats déjà obtenus par les femmes, ainsi que leurs nombreuses réalisations en cours dans tous les domaines de la vie. 

Cependant, nous ne pourrons pas commencer à envisager l’équilibre et l’égalité entre les femmes et les hommes tant que nous n’aurons pas reconnu les difficultés et inconvénients auxquels de nombreuses femmes sont confrontées.

Il s’agit là d’un aspect dont l’agence a pleinement conscience et dont attestent les données fiables qu’elle collecte. De la violence à caractère sexiste à la discrimination à l’égard des femmes migrantes et issues de minorités, les données révèlent régulièrement l’existence d’inégalités et de souffrances inquiétantes.

Prenons l’exemple du bien-être et de la sécurité des femmes. Selon les données de la FRA, une femme sur trois dans l’Union européenne a subi ou subit des violences physiques ou sexuelles depuis l’âge de 15 ans. Il ressort d’une étude menée par l’OSCE en Europe de l’Est et du Sud-Est , fondée sur la méthodologie adoptée par la FRA pour son enquête à l’échelle de l’UE sur la violence à l’égard des femmes, que 70 % des femmes interrogées ont subi ou subissent une certaine forme de violence depuis l’âge de 15 ans.

Si vous prenez l’exemple de l’emploi, il ressort des données de la FRA que seules 16 % des femmes roms ont un emploi contre 34 % des hommes roms.

Afin de guider les décideurs politiques, l’agence a donné un degré de priorité élevé à l’intégration des questions d’égalité entre les femmes et les hommes dans ses activités quotidiennes et de recherche. Cette mesure lui permettra de fournir des conseils ciblés et fondés sur des éléments probants qui mettent clairement en avant les inégalités entre les femmes et les hommes.

Au cours des prochains mois, la FRA démontrera cet état de fait grâce à trois rapports spéciaux : l’un axé sur les femmes roms, l’autre sur les femmes migrantes et le dernier sur la justice pour les femmes victimes de violences conjugales.

Ces rapports mettront en avant le fait que les femmes sont plus susceptibles d’être exposées à la discrimination et à la violence si elles sont issues d’une minorité, pauvres ou économiquement dépendantes. Cet état de fait impose de déployer des efforts conjoints et de mettre en œuvre des mesures ciblées, telles qu’un investissement dans les offres d’emploi et de formation pour les femmes issues de groupes défavorisés. La création d’emplois dans le secteur public n’est qu’un exemple parmi d’autres.

L’amélioration de l’égalité entre les femmes et les hommes suppose de parvenir au juste équilibre, pour la société dans son ensemble.