La collecte de données sur l’antisémitisme au niveau national est insuffisante

En l’absence de données adéquates, les pouvoirs publics et la société civile ne sont pas en mesure de formuler des réponses efficaces à l’antisémitisme qui persiste en Europe. Le dernier aperçu annuel de la FRA sur les données relatives à l’antisémitisme 2009-2019 recense des lacunes importantes dans l’enregistrement des incidents antisémites d’une manière qui permette de collecter des données officielles adéquates dans l’ensemble de l’UE.

Dans l’enquête de la FRA sur les personnes juives dans 12 États membres de l’UE, 85 % des répondants pensent que l’antisémitisme a augmenté dans leur pays au cours des cinq dernières années. Parallèlement, dans une enquête publique menée l’année dernière dans l’ensemble de l’UE, la moitié des répondants affirment que l’antisémitisme représente un problème dans leur pays.

Cependant, l’aperçu sur l’antisémitisme cite six États membres de l’UE qui ne disposent pas de données officielles sur les incidents antisémites signalés en 2018.  Il s’agit de: la Finlande, la Hongrie, l’Irlande, Malte, le Portugal et la Suède.

Comme l’indique cet aperçu chaque année, les données limitées entravent la capacité des responsables politiques et des législateurs de formuler des mesures ciblées et efficaces.

Il demande la mise en place de nouvelles méthodes, sources de données et techniques de traitement des données afin de mieux mesurer l’incidence et les répercussions de l’antisémitisme.

À cet égard, le recueil de pratiques pour lutter contre les crimes de haine de la FRA pourrait être utile. Il illustre par des exemples comment certains États membres enregistrent les crimes de haine.

Il attire également l’attention sur le problème du faible signalement par les victimes, ce qui peut masquer l’étendue réelle de l’antisémitisme. Il souligne que les autorités doivent encourager les victimes à se présenter et enregistrer correctement les actes antisémites.

Par conséquent, il est essentiel de redoubler d’efforts pour lutter contre le faible signalement en encourageant les victimes et les témoins à signaler l’antisémitisme et à porter plainte. En outre, les autorités doivent également être dotées de systèmes permettant l’enregistrement des incidents à caractère antisémite.

Le rapport mis à jour regroupe les données disponibles concernant les incidents antisémites recueillis par des sources internationales, gouvernementales et non gouvernementales, entre le 1er janvier 2008 et le 31 décembre 2018.

Les conclusions de l’enquête de la FRA sur l’antisémitisme complètent les sources de données officielles et non officielles.

Elle présente également, pour la première fois, comment les 13 États membres qui ont adopté ou approuvé la définition opérationnelle non contraignante de l’antisémitisme de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste, l’utilisent ou prévoient de l’utiliser.

Ce rapport est le dernier d’une série de rapports annuels sur la collecte de données sur l’antisémitisme, publiés par la FRA et par l’organe qui l’a précédé, l’Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes (EUMC).

Le rapport « Antisemitism: Overview of data available in the European Union 2008-2018 (Antisémitisme : aperçu des données disponibles dans l’Union européenne 2008-2018) est publié le jour de la commémoration des pogroms antisémites de la «Nuit de cristal» qui ont eu lieu le 9 novembre 1938.