You are here:

En décembre dernier, les États membres ont convenu de redoubler d’efforts pour lutter contre l’antisémitisme. Dans sa déclaration, le Conseil de l’UE a promis une approche commune pour mieux protéger les communautés et institutions juives dans toute l’Europe.

« La FRA se félicite de la volonté réaffirmée de mieux protéger les Juifs en Europe », a déclaré Michael O’Flaherty, directeur de la FRA. « En rendant hommage aux victimes de l’antisémitisme, celles d’aujourd’hui comme celles d’hier, nous nous engageons fermement à tout mettre en œuvre pour veiller à ce que la haine et la discrimination n’aient pas leur place au sein de notre société. »

Au cours des années qui ont précédé l’Holocauste, la haine, les préjugés et le racisme à l’encontre des Juifs n’étaient que trop répandus dans l’ensemble de la société. La banalisation progressive de l’antisémitisme a ouvert la voie à l’une des pires atrocités jamais perpétrées en Europe.

Plus de sept décennies se sont écoulées et l’Europe se trouve de nouveau confrontée à une déferlante d’antisémitisme, qui menace non seulement nos communautés juives, mais aussi les valeurs mêmes des droits fondamentaux et humains sur lesquelles l’Union européenne s’est construite.

En décembre de l’année dernière, l’agence a publié les résultats d’une enquête sur l’antisémitisme, la plus grande du genre jamais réalisée au monde.

L’enquête montre que près de 90 % des personnes interrogées estiment que l’antisémitisme s’aggrave dans leur pays, en particulier en ligne. Près de 30 % des personnes interrogées ont été harcelées et plus d’un tiers de l’ensemble des répondants ont envisagé de quitter l’UE.

Les fait rapportés révèlent une réalité effrayante de ce que signifie être juif dans l’UE aujourd’hui. L’enquête illustre avec force le point de vue de la quasi-totalité de la population juive établie dans l’Union.

Il est inquiétant de constater que les résultats de l’enquête de la FRA contrastent avec le point de vue du grand public : 36 % seulement estiment que l’antisémitisme a augmenté, selon les résultats les plus récents de l’enquête Eurobaromètre Derniers résultats Eurobaromètre. Pire encore, seuls quatre Européens sur dix pensent que l’Holocauste est suffisamment enseigné à l’école. Et parmi les personnes qui ont terminé leurs études plus tôt, ils sont encore moins nombreux.

Ces conclusions rappellent clairement l’urgence de mettre en place des mesures plus efficaces pour prévenir et combattre l’antisémitisme. L’appel de la Commission européenne en faveur de la constitution d’un groupe d’experts devrait encourager ces efforts. Il s’agit notamment de sensibiliser l’opinion publique, d’une part, à l’antisémitisme aujourd’hui, et, d’autre part, à l’enseignement de l’Holocauste.

La Journée internationale de commémoration de l’Holocauste marque l’anniversaire de la libération du camp de la mort le plus tristement connu de l’Allemagne nazie, celui d’Auschwitz-Birkenau, où des centaines de milliers de Juifs ont été assassinés.

Elle nous rappelle qu’en comprenant mieux l’Holocauste et en tirant les enseignement du passé, nous pouvons contribuer à faire en sorte que les dangers d’hier cessent de hanter l’Europe d’aujourd’hui.