You are here:

Ces scrutins nous ont aussi rappelé les risques qui peuvent graviter autour des campagnes électorales. De nombreuses élections ont été récemment entachées par le signalement de tentatives délibérées de manipuler les électeurs au moyen de fausses nouvelles.

Comment faire face à ce phénomène ? La première chose à faire est de nous informer, de rechercher des informations fiables sur les questions qui nous importent. Ensuite, il faut participer, en votant, en faisant campagne ou en encourageant d’autres personnes à aller voter. Les élections européennes, qui auront lieu entre le 23 et le 26 mai  nous donnent exactement l’occasion de le faire.

Pourtant, le droit de participer à des élections libres n’est qu’un exemple parmi d’autres d’un droit trop souvent considéré comme acquis, jusqu’à ce qu’il soit mis en péril. Les élections européennes nous donnent également la possibilité de renouveler notre engagement en faveur des valeurs d’équité, de respect et de solidarité, qui nous sont chères.

Nombre de ces valeurs sont aussi des droits fondamentaux, protégés juridiquement par la Charte des droits fondamentaux de l’UE, la déclaration des droits propre à l’Union européenne. Ces droits sont présents dans tous les domaines de la vie, même si nous ne percevons pas toujours immédiatement la manière dont ils peuvent nous aider à résoudre les problèmes auxquels nous sommes confrontés.

Prenons par exemple le vieillissement, un sujet sur lequel l’Agence des droits fondamentaux de l’UE (FRA) s’est penchée dans un document récent. Les personnes âgées apportent leur contribution à nos familles et à nos communautés de multiples façons, que ce soit en siégeant dans des conseils scolaires, en participant bénévolement à des projets locaux, ou encore en assurant la garde d’enfants, un service dont nous avons tant besoin. Cependant, à travers l’Europe, les personnes âgées s’inquiètent réellement de savoir si elles obtiendront le soutien nécessaire pour continuer de vivre à leur domicile, ou si elles auront des moyens financiers suffisants lorsqu’elles seront à la retraite. Il s’agit là d’une question relative aux droits fondamentaux, à laquelle chacun sera confronté dans l’UE : le droit de vieillir dans la dignité.

Ou prenons également la technologie, plus présente que jamais dans nos foyers et sur nos lieux de travail. Près de la moitié des Européens utilisent les réseaux sociaux presque quotidiennement. Des algorithmes font le tri parmi des demandes d’emploi, prennent des décisions concernant des primes d’assurance et déterminent les informations dont nous prenons connaissance. Cela soulève d’anciennes questions relatives aux droits fondamentaux, replacées dans de nouveaux contextes. Comment pouvons-nous préserver notre vie privée en ligne ? Qui a la responsabilité de veiller à ce que les décisions prises par des ordinateurs soient justes ? Ces problèmes dépassent les frontières nationales, et les résoudre nécessite une coopération plus étroite, ce qui constitue l’activité quotidienne de l’UE.

Si nous considérons l’ensemble des problématiques revêtant de l’importance pour les électeurs, il est très probable que l’emploi y occupe une place proéminente. Or, des éléments de preuve montrent que le marché du travail est loin d’être équitable pour tous. De nombreuses personnes font face à des inégalités de traitement dans le cadre de la recherche d’emploi, en raison de leur âge, de leur genre ou d’un nom à consonance étrangère. En effet, selon une enquête récente de la FRA, près d’un tiers des personnes interrogées se sont senties victimes de discrimination en raison de leurs origines ethniques ou parce qu’elles étaient issues de l’immigration, au cours des cinq années précédant l’enquête. Ce phénomène prive non seulement l’économie européenne des talents dont elle a tant besoin, mais aussi les individus du sentiment d’appartenir et de contribuer à la société à travers l’emploi.

Le prochain Parlement européen contribuera à identifier les moyens que l’Europe mettra en œuvre pour résoudre ces problématiques. le moment est propice pour nous demander qui nous souhaitons voir résoudre ces problèmes au cours des cinq prochaines années. J’espère que des députés engagés en faveur des droits fondamentaux feront partie de cette réponse. À cette fin, il faudra exercer le plus élémentaire des droits démocratiques : le droit de vote. Et voter pour les droits fondamentaux.

 

Michael O Flaherty, directeur l’Agence des droits fondamentaux de l’UE (FRA),  Vienne