Mettre fin à la pauvreté des enfants : valoriser l’intérêt supérieur de l’enfant

Un enfant sur quatre de moins de 18 ans est menacé de pauvreté ou d’exclusion sociale dans l’Union européenne, l’une des régions les plus riches du monde. Mais la promotion et la protection des droits de l’enfant constituent l’un des objectifs fondamentaux de l’UE. À l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté, la FRA appelle une nouvelle fois l’UE et ses États membres, tous parties à la convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant, à accorder la priorité aux zones d’investissement afin de réduire la pauvreté des enfants aux niveaux visés par l’objectif de développement durable (ODD 1) sur la pauvreté.

Ursula von der Leyen, la présidente nouvellement élue de la Commission européenne, a soutenu l’initiative du Parlement européen visant à mettre en place une garantie pour l’enfance dans l’UE, dont l’objectif est de garantir que tous les enfants menacés de pauvreté aient accès à des soins de santé gratuits, à une éducation gratuite, à des services de garde d’enfants gratuits, à un logement décent et à une alimentation adéquate.

Il y a donc des signes d’espoir. Et des préparatifs sont en cours.

La Commission européenne organise une série d’ateliers d’experts auxquels contribue la FRA. Ils examinent la faisabilité et les exigences de la création d’une garantie pour l’enfance, en se concentrant à ce stade sur les enfants les plus défavorisés de l’UE.

Il s’agit notamment des enfants handicapés, des enfants placés dans des institutions, des enfants issus de l’immigration et des enfants dans des situations familiales précaires.

La pauvreté touche de nombreux enfants à travers l’UE. Les travaux préparatoires de la Commission analyseront également la manière dont un système de garantie pour l’enfance pourrait fonctionner pour tous les enfants menacés de pauvreté dans l’UE.

La pauvreté des enfants devrait également être prise en compte dans toutes les phases du cadre de l’UE pour la coordination de ses politiques économiques, dans le cadre du « semestre européen ». C’est dans ce contexte que se tiennent les discussions concernant les dépenses et les budgets nationaux, y compris l’utilisation des fonds de l’UE.

Toutefois, les enfants en situation de vulnérabilité présentent un besoin spécial et urgent de soutien.

Par exemple, une enquête de la FRA a révélé que plus de 90 % des enfants roms dans neuf États membres étaient confrontés à la pauvreté. Ils vivent dans des ménages à faibles revenus qui souffrent de conditions de vie inacceptables et ne mangent souvent pas à leur faim.

L’inadéquation de l’éducation et des soins de santé mettent en péril leurs droits fondamentaux et les privent de possibilités afin d’échapper au cycle de la pauvreté, comme le montre une étude de la FRA sur la pauvreté des enfants.

Pour les près de 25 millions d’enfants dans l’UE exposés au risque de pauvreté, l’Europe doit s’appuyer sur les branches d’espoir qui commencent à émerger et mettre un terme à la pauvreté généralisée des enfants.

See also: