Offrir une chance aux jeunes migrants

Dans l’ensemble de l’UE, diverses initiatives prometteuses ont été mises en place afin d’aider les jeunes migrants à s’intégrer à la société européenne, à la suite de l’afflux massif de migrants et de réfugiés dans l’UE. Le 12 août, à l’occasion de la Journée internationale de la jeunesse, la FRA attire l’attention sur leur situation et invite instamment les États membres à redoubler d’efforts pour les aider à s’intégrer pleinement.

De nombreux jeunes migrants et réfugiés sont arrivés dans l’UE depuis 2015, année où les flux migratoires ont atteint leur plus haut niveau. À leur arrivée, beaucoup d’entre eux ont dû dormir dans la rue, et les enfants ainsi que les jeunes gens n’ont bien souvent pas pu fréquenter l’école.

Depuis lors, près de 2 millions de personnes ont pu bénéficier d’une protection internationale, dont de nombreux jeunes. Ces derniers étant probablement appelés à rester et s’installer dans l’UE, une intégration et une inclusion réussies profiteront en définitive à l’Europe comme aux jeunes nouveaux venus.

Une enquête de la FRA, qui devrait être publiée à la fin de cette année, se penche spécifiquement sur les jeunes réfugiés âgés de 16 à 24 ans. Elle met en lumière les différents défis auxquels ceux-ci se trouvent confrontés et recense les pratiques prometteuses auxquelles certains pays ont recours pour stimuler l’intégration.

Parmi ces pratiques, citons les services sociaux des municipalités suédoises qui orientent les mineurs non accompagnés atteignant leurs 18 ans dans leur transition vers un logement indépendant, un « café de conseil » à Brême, en Allemagne, qui dispense conseils et informations aux jeunes réfugiés, ou encore un programme autrichien apportant un soutien adapté pour aider les jeunes adultes à trouver des formations et des stages appropriés.

Toutefois, les États membres devraient intensifier leurs efforts. Ils doivent offrir un soutien et des possibilités qui permettront aux jeunes réfugiés de s’engager pleinement dans la société. Parmi ces points figurent les priorités suivantes :

  • améliorer l’accès à l’éducation et à l’emploi ;
  • permettre le regroupement familial ;
  • mettre à disposition des solutions de logement à long terme ;
  • offrir une aide sociale et un soutien à la santé mentale pour faire face aux traumatismes de la fuite, du voyage et de l’arrivée dans un pays étranger.

En 2015 et 2016, les États membres n’étaient ni préparés, ni équipés pour gérer des arrivées aussi nombreuses et soudaines au sein de l’UE. Même si les chiffres ont diminué, les migrations demeurent un problème sociétal et politique sensible, et certains défis restent à relever.

Les jeunes réfugiés ne pourront participer pleinement à la société que si les États membres prennent les mesures nécessaires pour améliorer le processus d’intégration et d’inclusion. Ce faisant, ces États peuvent contribuer à faire en sorte que nous ne perdions pas, mais gagnions au contraire une nouvelle génération brillante.