Protéger les femmes contre les violences conjugales

Des millions de femmes et de filles en Europe sont victimes de violences physiques, sexuelles ou psychologiques de la part de leur partenaire ou de membres de leur famille. Le 25 novembre, à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l'égard des femmes, la FRA invite l’UE et ses États membres à renforcer leur engagement à mettre fin aux violences faites aux femmes.

La présidente élue de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déjà fait connaître son intention au Parlement européen : « Je proposerai d'ajouter la violence à l’égard des femmes sur la liste des crimes de l’UE définis dans le traité [de l’UE] ».

Cette déclaration reconnaît la gravité souvent sous-estimée des violences conjugales.

Elle attire l'attention sur le fait que les procureurs et la police ne devraient pas simplement considérer les actes de violence de manière isolée.

Ils doivent regarder la situation dans son ensemble ; les victimes subissent souvent un contrôle coercitif et vivent constamment dans la peur et pendant longtemps.

Or, trop souvent, le traitement judiciaire des affaires de violences conjugales ne tient pas compte de cet aspect, un constat que souligne une étude de la FRA, à la suite d'entretiens avec des victimes et des travailleurs de première ligne.

Les conclusions de la FRA attirent l'attention sur la nécessité pour la police d’agir rapidement afin d’éliminer cette peur sous-jacente et de prévenir le risque très réel d’atteintes répétées et de nouvelle victimisation.

Dans la pratique, cela implique des mesures de protection immédiates et vigoureuses, telles que des mesures d’éloignement et la délivrance d’ordonnance de protection, dès que les policiers constatent qu'une femme vit sous la menace de violences.

Il en résulte une nette diminution du risque que le partenaire violent recommence à lui faire du mal.

Cela implique par ailleurs de former les policiers pour qu'ils soient davantage sensibilisés aux violences conjugales et aux besoins des victimes.

En outre, les États membres devraient obliger les auteurs de violences à participer à un stage sur les moyens pour éviter la violence dans les relations, notamment pour mieux les informer de ses importantes conséquences traumatiques pour le partenaire victime.

Ces stages pourraient contribuer à modifier les comportements et à prévenir de nouvelles violences.

Les mesures de lutte contre la violence conjugale s'inscrivent dans le cadre plus vaste de la Convention d’Istanbul du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique.

La Convention a été signée par l'UE et l’ensemble de ses États membres.

Elle fournit un cadre juridique complet pour aider à lutter contre la violence à l’égard des femmes et des filles.

Elle met l'accent sur la prévention, mais offre également une meilleure protection aux victimes et garantit la poursuite des auteurs de violence devant la justice.

À ce jour, elle est appliquée dans 21 États membres, mais doit encore être ratifiée par sept d’entre eux ainsi que par l’UE.

Des indications quant à l’orientation que prendra la Commission européenne en la matière ont déjà été données par la présidente élue de la Commission, Ursula von der Leyen. Une fois de plus, lorsqu’elle s’est adressée au Parlement européen, sa position a été claire : « L’Union européenne devrait adhérer à la Convention d’Istanbul. »

Il en va de même pour les États membres qui ne l’ont pas encore fait.

Alors seulement, l’Europe enverra un signal clair et uni indiquant que l’UE ne tolère pas la violence envers les femmes et les filles et que la justice prévaudra pour toutes les victimes de violences de la part de leur partenaire ou d’un membre de leur famille.