You are here:

Chaque année, environ une personne sur sept est victime de la criminalité à travers l’UE. Heureusement, grâce à la directive de l’UE relative aux droits des victimes, des droits substantiels leur sont conférés.

Il importe dès lors que la police enquête effectivement sur les infractions. Il appartient ensuite aux autorités judiciaires d'identifier, de confronter et de sanctionner les auteurs des infractions.

Cette directive permet aux victimes de participer activement aux procédures pénales. En outre, elle leur donne le droit à un soutien et à des conseils juridiques.

Il n’en reste pas moins que, dans les faits, les États membres doivent déployer davantage d’efforts pour protéger les droits des victimes, comme le montrent les recherches de la FRA.

Les auteurs suggèrent des mesures pratiques afin de guider les responsables politiques dans leurs efforts pour améliorer le soutien aux victimes.

Ces suggestions prévoient des services d’appui aux victimes plus efficaces et complets.

Elles préconisent une protection policière accrue afin d’éviter, par exemple, que les victimes fassent l'objet de récidives.

Elles soulignent également la nécessité de protéger les victimes tout au long des procédures judiciaires. Les victimes rencontrent parfois les auteurs des infractions en attente de jugement dans les couloirs des tribunaux. Pareilles rencontres sont susceptibles de raviver le traumatisme enduré par les victimes.

La FRA fournira de nouvelles informations sur la victimisation au cours de cette année.

Elle publiera les conclusions de son enquête sur les droits fondamentaux menée auprès de 35 000 personnes dans l’ensemble de l’UE.

Elle fournira des informations sur les niveaux de victimisation dans l’UE, ainsi que sur la fréquence à laquelle les infractions sont signalées ou non et sur les motifs du non-signalement. Elle indiquera également le niveau de soutien dont bénéficient les victimes.

Dans le prolongement des travaux précédents, ces conclusions serviront de base de réflexion pour orienter les responsables politiques nationaux et de l’UE.

Les conclusions souligneront l’impact que la violence, le harcèlement et la fraude ont sur les personnes. Elles mettront également en évidence les lacunes en matière de soutien et suggéreront les meilleures mesures à mettre en place pour lutter contre le sous-signalement.

Grâce à la mise en œuvre de ces mesures, les victimes devraient obtenir la justice qu’elles méritent et leurs droits seront respectés.