You are here:

« Le coronavirus ne fait pas de discrimination, mais les mesures pour contenir l’épidémie en entraîne une. Confrontées à un confinement plus strict, à un soutien social insuffisant et à un accès limité à l’apprentissage en ligne, de nombreuses communautés de Roms et de Gens du voyage ont été ravagées par la pandémie. Les États membres doivent relever ces défis, renforcer l’inclusion sociale et impliquer les Roms et les Gens du voyage eux-mêmes - à la fois pendant la crise de la COVID-19 et au-delà », déclare le directeur de la FRA, Michael O'Flaherty.

Le dernier bulletin de la FRA « Pandémie de Covid-19 dans l’UE – Impact sur les Roms et les Gens du voyage » décrit les principaux défis :

  • Confinement - des communautés entières de Roms et de Gens du voyage ont été confrontées à un confinement plus strict par mesure de précaution, avant même qu’il y ait eu des infections confirmées.
  • Logement – beaucoup vivent dans des logements surpeuplés sans accès à l’eau courante. Cela rend la distanciation physique ou le lavage des mains très difficile, et expose les Roms et les Gens du voyage à un risque accru de contracter la maladie.
  • Emploi – le confinement a laissé les vendeurs ambulants et les personnes ayant des contrats précaires au chômage. Étant donné que de nombreux Roms et Gens du voyage étaient exclus de l’économie formelle avant la pandémie, ils ne peuvent bénéficier d’une aide ni demander de prestations sociales.
  • Pauvreté – les pertes d’emplois ont augmenté la pauvreté mais aussi le risque de malnutrition, qui était déjà élevé avant la pandémie.
  • Soins de santé – dans certains pays, seule la moitié des Roms et des Gens du voyage bénéficient de l’assurance maladie. En outre, beaucoup sont victimes de discrimination dans l’accès aux soins de santé. 
  • Éducation – déjà avant la pandémie, la plupart des enfants de Roms et de Gens du voyage quittaient prématurément l’école. Aujourd’hui, beaucoup n’ont pas accès à un ordinateur ni à l’internet, et ne peuvent donc pas participer à l’apprentissage en ligne lorsque les écoles ferment.
  • Discours de haine – les discours de haine et la discrimination à l’égard des Roms et des Gens du voyage ont augmenté pendant la pandémie, car on leur a reproché de propager le virus.

La FRA appelle les États membres à mettre en œuvre les mesures d’inclusion recommandées depuis 2013 par le Conseil de l’Union européenne. La FRA insiste particulièrement sur les points suivants :

  1. Les Roms et les Gens du voyage doivent pouvoir accéder équitablement à tous les programmes généraux de réduction de la pauvreté, de création d’emplois et aux autres programmes d’inclusion sociale.
  2. Les médiateurs en matière de santé et d’éducation, qui fournissent des services de base aux communautés roms pendant la pandémie, ont besoin d’un soutien et de ressources suffisantes pour aider les personnes dans le besoin, d’autant plus que le nombre d’infections est à nouveau en hausse dans l’UE.
  3. Les États membres doivent lutter contre l’antitsiganisme et les préjugés à l’encontre des Roms et des Gens du voyage. Leurs communautés sont souvent présentées comme un risque pour la population générale alors qu’en fait, elles sont elles-mêmes plus menacées en raison des conditions dans lesquelles elles vivent.

Contexte :

La nouvelle enquête de la FRA sur les Roms et les Gens du voyage montre qu’un quart des Roms et des Gens du voyage en Europe occidentale ne pouvaient se permettre des produits de base tels que le chauffage ou une alimentation saine, déjà avant la pandémie. Ils sont également confrontés à une discrimination et à un harcèlement endémiques dans leur vie quotidienne.

L’UE publiera bientôt son nouveau « cadre stratégique de l’UE en faveur de l’égalité, de l’inclusion et de la participation des Roms ». Il vise à trouver un moyen d’aller de l’avant et à relever les défis auxquels les Roms et les Gens du voyage sont confrontés dans l’UE. 

Ce bulletin montre la situation des Roms et des Gens du voyage dans 15 États membres de l’UE entre le 1er mars et le 30 juin 2020.