You are here:

Les jeunes sont soucieux de leur avenir. Ils ne cessent de s’exprimer avec force sur les problèmes d'aujourd'hui, que ce soit à propos du changement climatique ou dans le cadre du mouvement «Black Lives Matter». Il est donc nécessaire pour l’Europe de canaliser cette tendance pour améliorer nos sociétés. Elle doit veiller à ce que le droit de la jeunesse à être entendue soit observé et pleinement respecté.

L’éducation peut s'appuyer sur cette base. L’éducation véhicule la tolérance et œuvre pour l’intégration de tous, comme le montre l’enquête de la FRA sur les droits fondamentaux, qui révèle la présence d'un lien direct entre éducation et tolérance. En effet, les personnes ayant un niveau d'éducation plus élevé ont tendance à être plus tolérantes que les autres.

Cette situation montre combien il est important d'investir dans l’éducation.

C’est l’avenir des enfants qui est en jeu. Les inégalités en matière d'éducation existaient déjà avant la pandémie. Certains groupes défavorisés avaient moins accès à une éducation de qualité. Avec la pandémie, le fossé risque de se creuser car beaucoup d’enfants ne disposent pas d'ordinateur ni de bonne connexion à Internet. De même, un grand nombre d'écoles et d’enseignants ne possèdent pas l’infrastructure technique nécessaire pour proposer un enseignement en ligne.

D’ailleurs, même avant que la pandémie n’éclate, 1 enfant sur 4 était exposé au risque de pauvreté dans l’UE. Ce chiffre masquait des taux de pauvreté supérieurs parmi les enfants à risque: enfants issus de milieux de migrants, enfants dont les parents ont un faible niveau d’éducation, ou enfants vivant avec un seul parent ou dont les parents ont de faibles revenus.

Les mesures gouvernementales visant à limiter la propagation du virus peuvent accentuer les risques préexistants au sein des groupes vulnérables. Les parents ont plus de difficultés à trouver du travail ou à percevoir un revenu, l'enseignement à distance devient difficile et l’accès aux services sociaux et médicaux est limité. Tout cela se répercute sur les enfants.

Les États membres ont l’obligation de protéger et de garantir les droits des enfants.

Ces droits sont protégés et reconnus par la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant, par la Charte des droits fondamentaux de l’UE et par le droit de l’UE.

Ce cadre juridique était déjà important avant la pandémie. Il l’est encore plus aujourd'hui.

L’UE avait déjà des projets concernant une nouvelle stratégie sur les droits de l’enfant.  Celle-ci devrait être une stratégie de grande envergure, regroupant les mesures existantes et des mesures à venir sur les droits de l’enfant. La Commission européenne envisage de la diffuser en début d'année prochaine.

Parallèlement à cette stratégie, il existe une dynamique qui permettrait de proposer une garantie pour l’enfance dans l’UE. Celle-ci vise à obliger les États membres à investir davantage pour que les enfants exposés au risque de pauvreté puissent mieux accéder aux services. Ainsi tous les enfants vulnérables pourraient prendre part à la société à égalité et sans que personne ne soit exclu.

Ensemble, ces deux évolutions apportent de l’espoir à des millions d’enfants en Europe. Elles promettent un soutien dont les enfants et les jeunes ont tant besoin pour construire un avenir plus radieux et plus sûr pour eux-mêmes et pour l’Europe.