You are here:

« Comme nous le rappelle tristement la prévalence des violences domestiques, l’égalité entre les femmes et les hommes n’est une réalité dans aucun pays d’Europe, » a déclaré Carlien Scheele, directrice de l’EIGE. « Or, les violences commises par un partenaire continuant de n’être que rarement signalées, nous ne connaissons dès lors qu’une partie de la vérité. Les pouvoirs publics doivent reconnaître de manière non équivoque que les violences ne relèvent pas du domaine privé et veiller à ce que la police, la justice et le secteur de la santé soient en mesure de coopérer afin de venir en aide aux victimes. »

« Même sans la pandémie de coronavirus, une femme sur cinq a déjà été victime de violences domestiques dans l’UE. En outre, le risque de subir ce type de violences est encore plus grand pour les femmes qui vivent dans des ménages qui éprouvent des difficultés à boucler leurs fins de mois, » a déclaré Michael O’Flaherty, directeur de la FRA, en faisant référence à une précédente enquête de l’agence. « Le pic actuel des violences domestiques souligne que l’UE et ses États membres doivent agir pour protéger les femmes pendant cette crise et qu’ils devront ensuite renforcer leurs mesures afin de mettre définitivement un terme aux violences faites aux femmes. »

Alors que les mesures de confinement et les mises en quarantaine se poursuivent dans la majeure partie de l’Europe, les femmes sont confrontées à un risque accru de violences domestiques.

Le danger est réel. En effet, selon ce que révèle une étude sur les homicides, dans le monde, 64% des femmes tuées le sont des mains d’un partenaire intime ou d’un membre de leur famille.

Bon nombre de pays de l’UE ont réagi rapidement en mettant en place des services de soutien psychologique, en permettant aux victimes de trouver refuge dans des chambres d’hôtel, en lançant des campagnes de sensibilisation ou en faisant la publicité de lignes d’assistance téléphonique.

L’EIGE et la FRA se félicitent de ces mesures. Pourtant, l’ampleur des actions qu’il est nécessaire de mettre en œuvre en vue de protéger les victimes a montré à quel point les mesures de soutien sont insuffisantes, et ce même en temps normal. Par exemple, le nombre de lits disponibles dans les foyers d’accueil pour femmes ne représente que la moitié du nombre requis au titre de la Convention d’Istanbul, que 21 pays de l’UE ont signée et à laquelle l’UE s’est engagée à adhérer.

La fin des mesures de confinement fera également apparaître de nouvelles problématiques. En effet, l’insécurité financière provoquée par les pertes de revenus et d’emplois, ainsi que la menace de récession peuvent constituer d’autres éléments déclencheurs de violences ; il pourra alors être plus difficile pour les victimes de se libérer d’une relation marquée par la violence. Une précédente enquête de la FRA indique que 30% des femmes qui éprouvent des difficultés à boucler leurs fins de mois ont été victimes de violences de la part d’un partenaire intime, contre 18% de celles qui ne peinent pas pour s’en sortir.

Ce constat souligne qu’il est nécessaire que l’UE mette en place des structures durables pour faire cesser les violences faites aux femmes. La crise de la COVID‑19 nous donne la possibilité d’intensifier nos efforts. Saisissons-la !

L’EIGE et la FRA appellent l’UE et ses États membres à envisager les actions suivantes :

  • les pays de l’UE qui n’ont pas encore ratifié la Convention d’Istanbul ou qui n’ont pas pleinement harmonisé leurs législations nationales par rapport à ses exigences devraient le faire dans les meilleurs délais, ce qui faciliterait le recours à des ordonnances d’urgence d’interdiction, par exemple. La police devrait utiliser plus fréquemment ces ordonnances dans les pays dans lesquels elles sont déjà prévues par la loi ;
  • la police, la justice et le secteur de la santé des États membres de l’UE devraient coopérer en vue de gérer les risques de violences à l’encontre des femmes. Les professionnels de ces secteurs devraient disposer de ressources adéquates et être correctement formés pour faire face à ces violences ;
  • il conviendrait d’harmoniser la collecte de données sur les violences faites aux femmes entre les États membres de l’UE afin de garantir que ce phénomène pourra être mesuré de façon adéquate et qu’une réponse appropriée pourra y être apportée ;
  • compte tenu des nombreuses mesures positives mises en œuvre à l’échelon national en vue d’éliminer les violences faites aux femmes, l’UE devrait coordonner l’échange de bonnes pratiques entre États membres ;
  • de nombreux pays de l’UE disposent de définitions juridiques des crimes de haine (contre les minorités ethniques et sexuelles, par exemple). Il conviendrait d’envisager la création d’une définition juridiquement applicable du féminicide pour désigner les meurtres de femmes et de filles en raison de leur sexe ;
  • nous soutenons la proposition de la Commission d’ajouter les violences faites aux femmes sur la liste des crimes de l’UE définis dans le traité de l’UE, ce qui permettrait de reconnaître la nature structurelle de ces violences et de déployer des efforts conjoints en vue de les éliminer.

Il sera impossible de parvenir à une égalité entre les femmes et les hommes tant que celles-ci seront victimes de violences. Et tant que nous ne parviendrons pas à une égalité entre les femmes et les hommes, les violences à l’encontre de celles-ci perdureront.

Travaillons ensemble et mettons définitivement un terme aux violences faites aux femmes !

 

Carlien Scheele

Michael O’Flaherty

Directrice

Directrice

Institut européen pour l’égalité entre
 les hommes et les femmes

Agence des droits fondamentaux
de l’Union européenne