You are here:

Situation aux frontières

Les migrants et les demandeurs d’asile continuent d’être confrontés à des obstacles lorsqu’ils tentent d’entrer sur le territoire de l’UE. Dans de nombreux pays, les ports restent fermés et des restrictions sont toujours en vigueur, et certains pays imposent à tous les ressortissants de pays tiers une période de quarantaine ou la fourniture d’un test COVID‑19 négatif à leur arrivée — une exigence que de nombreuses personnes en quête de sécurité dans l’UE ne peuvent remplir. Le nombre d’allégations de refoulement aux frontières, en violation des règles de Schengen de l’UE, a augmenté.

Une nouvelle loi hongroise prévoit le retrait immédiat du territoire de toute personne qui franchit illégalement la frontière hongroise et manifeste son intention de demander l’asile. Les organismes internationaux et régionaux dûment mandatés détermineront la compatibilité de ces dispositions avec la Charte des droits fondamentaux de l’UE, les règles de l’UE en matière d’asile et le droit international relatif aux réfugiés.

Procédure d’asile et permis de séjour

Les mesures liées au coronavirus ont entraîné une baisse de 90% des demandes d’asile en avril 2020, soit le taux le plus bas depuis 2008. Les procédures d’asile reprennent progressivement dans de nombreux pays, mais des difficultés persistent. Dans beaucoup de pays, l’accès aux informations reste problématique.

Plusieurs pays (par exemple, la Croatie, la Grèce, l’Italie, la France et la Hongrie) autorisent certains ressortissants de pays tiers à rester légalement dans le pays jusqu’à la fin de la pandémie.

Certains pays (Italie, Pologne, Espagne) introduisent des permis de travail temporaires pour les ressortissants de pays tiers travaillant dans les secteurs de l’agriculture, des soins ou de l’hôtellerie et de la restauration.

Situation dans les centres d’accueil

Les mesures de restriction et de quarantaine sont souvent plus strictes dans les centres d’accueil que pour la population générale.

Nombre de nouveaux arrivants ne sont pas enregistrés ou le sont avec un retard. L’accès à l’aide juridique est limité.

Dans de nombreux pays, les personnes invitées à quitter les centres d’accueil sont désormais autorisées à rester jusqu’à la fin de la pandémie. Dans d’autres pays, les demandeurs d’asile déboutés, voire même les réfugiés au sens de la Convention de Genève, sont devenus sans abri.

Protection des enfants

En raison de la pandémie, de nombreux enfants demandeurs d’asile n’ont aucun accès à l’éducation. De nombreux centres d’accueil ne disposent pas d’outils d’apprentissage en ligne ou d’une connexion wifi stable à la disposition des enfants.

Placement en rétention et retour

Dans de nombreux pays, les autorités ont libéré des personnes placées en détention provisoire, préalablement à leur éloignement. En outre, la plupart des procédures d’éloignement sont suspendues en raison des restrictions de déplacement liées au coronavirus.

Contexte :

Ce dernier bulletin trimestriel sur la migration couvre la période allant du 1er avril au 30 juin 2020. En outre, la première section du rapport est consacrée à l’évolution de l’épidémie de COVID‑19.

La FRA collecte régulièrement des données sur la migration depuis septembre 2015.

Consulter les rapports trimestriels précédents sur la migration>>