You are here:

« Chaque personne a les mêmes droits, quel que soit son âge », a souligné le directeur de la FRA, Michael O’Flaherty. « Alors que nous sommes en phase de transition vers une “nouvelle normalité”, les gouvernements doivent accorder une attention particulière aux besoins des personnes âgées et veiller à ce qu’elles soient traitées de la même manière. C’est à cette condition qu’elles pourront retrouver leur vie dans la dignité et le respect ».

Le troisième bulletin de la FRA, Coronavirus pandemic in the EU: fundamental rights implications [Pandémie de coronavirus dans l’UE : implications en matière de droits fondamentaux] examine les mesures prises par les États membres de l’UE pour lutter contre la pandémie entre le 1er et le 31 mai 2020. Cette édition s’intéresse particulièrement aux incidences sur les personnes âgées.

Les gouvernements souhaitent protéger les personnes les plus vulnérables dans nos sociétés, mais certaines mesures liées au COVID-19 suscitent des inquiétudes quant aux droits des personnes âgées :

  • Droit à la vie : le taux de mortalité des personnes âgées était beaucoup plus élevé que celui des autres groupes d’âge, en particulier dans les structures institutionnelles. Cela souligne leur vulnérabilité et la nécessité d’instaurer une surveillance étroite des personnes âgées dans ces structures.
  • Accès aux soins de santé : les systèmes nationaux de soins de santé étant soumis à des pressions, les médecins ont été contraints de choisir qui traiter. Dans certains pays de l’UE, les autorités ou les organismes de santé ont publié des orientations qui faisaient de l’âge du patient un critère de priorité dans l’accès aux traitements.
  • Manque de tests : les établissements pour personnes âgées manquaient de tests de dépistage pour les résidents et le personnel. À la fin du mois de mai, des tests étaient prévus ou en cours uniquement dans un tiers des pays de l’UE.
  • Restrictions plus strictes : de nombreux pays de l’UE ont adopté des règles plus strictes pour les personnes âgées que pour la population générale. Dans le même temps, tous les pays ont introduit des mesures spécifiques pour aider les personnes âgées à accéder aux services ou à utiliser les transports publics.
  • Isolement : le manque de contacts sociaux a nui au bien-être physique et mental des personnes âgées. De multiples initiatives locales ont soutenu les personnes vivant dans des maisons de retraite.
  • Retards dans les soins de santé : un grand nombre de pays ont suspendu les traitements non urgents, ce qui a affecté de nombreuses personnes âgées dont l’état de santé nécessitait un traitement. 

Les pays de l’UE ont besoin de disposer de meilleures données pour comprendre de quelle manière la pandémie a atteint les personnes âgées. Cela les aidera à prendre des décisions fondées sur des données factuelles pour l’avenir.

Dans la mesure où nos sociétés s'ouvrent à nouveau sur l'extérieur, les gouvernements doivent prendre en charge les besoins des personnes âgées, car le passage à la « nouvelle normalité » sera probablement plus lent et plus difficile pour elles.

Le bulletin examine également d’autres incidences sur les droits fondamentaux des mesures gouvernementales de lutte contre la pandémie :

  • états d’urgence ;
  • mesures destinées à contenir la propagation du virus et à en atténuer les effets sur la vie sociale, l’éducation, le travail, le système judiciaire et les déplacements vers l’UE et à l’intérieur de celle-ci ;
  • incidences du virus sur d’autres groupes vulnérables, tels les personnes handicapées, les détenus, les sans-abris et les victimes de violence domestique.

La FRA continuera de surveiller la situation et de publier régulièrement des mises à jour, en s’appuyant sur les éléments de preuve recueillis dans tous les pays de l’UE.