You are here:

« Avant la pandémie déjà, de nombreux États membres n’ont pas réussi à susciter de réels changements notables pour les communautés roms d’Europe », déclare Michael O’Flaherty, directeur de la FRA, en se fondant sur des recherches antérieures. « La stratégie actuelle de l’UE à l’égard des Roms prenant fin cette année, l’UE et ses États membres doivent agir à l’avenir pour mettre un terme à la discrimination et à la marginalisation dont les Roms font l’objet de longue date et qui ressortent de manière regrettable en cette période de pandémie. »

Afin de lutter contre la propagation rapide de la COVID-19, les gouvernements exhortent les personnes à maintenir des distances physiques, à se mettre en quarantaine et à se laver régulièrement les mains avec du savon et de l’eau.

Toutefois, se laver est compliqué pour 30% des Roms, car ils vivent dans des ménages sans eau courante, comme le signale la FRA.

Dans certains pays, jusqu’à 80% des Roms vivent dans des quartiers roms à l’espace restreint où les logements sont surpeuplés. La distanciation physique, élément essentiel des mesures de santé publique, est donc pratiquement impossible.

L’achat de médicaments, de masques et d’autres formes d’équipement de protection constitue également un défi majeur : rien qu’au sein de l’UE, où vivent la plupart des Roms, 80% sont menacés de pauvreté. Ce chiffre est à comparer avec la moyenne de la pauvreté de l’UE, qui s’élève à 17%.

L’accès aux services de base, tels que les médecins ou les pharmacies, peut également s’avérer difficile parce qu’ils sont souvent rares dans les quartiers roms. En outre, en période de confinement, il peut être déconseillé de se rendre dans un autre quartier.

Dans le même temps, les mesures de quarantaine et de distanciation physique sont susceptibles de faire sombrer davantage de nombreux Roms dans la pauvreté. Beaucoup ont des emplois peu rémunérés, souvent sans sécurité sociale, qui dépendent du contact avec d’autres personnes ou impliquent des déplacements, tels que la collecte de déchets.

« Outre la pandémie et tous les problèmes de santé qu’elle engendre, les gouvernements sont susceptibles de se retrouver confrontés à une grave crise économique et sociale », déclare Ingibjörg Sólrún Gísladóttir, directrice du BIDDH. « Les Roms sont particulièrement exposés aux risques, au même titre que d’autres personnes déjà vulnérables ou menacées de basculer dans la pauvreté en raison de la situation actuelle. C’est pourquoi les gouvernements ont la responsabilité importante et urgente d’élaborer des plans de soutien globaux et inclusifs, et de veiller à ce qu’ils soient mis en œuvre. »

Dans un contexte où les médias font état de l’aggravation de la discrimination et de l’antitsiganisme, le BIDDH surveille de manière systématique l’effet des mesures gouvernementales d’urgence sur les communautés roms. Cette démarche appuie son action visant à aider les pays de l’ensemble des 57 pays de l’OSCE à renforcer l’inclusion des communautés roms et à lutter contre le racisme et la discrimination.

La recherche de la FRA recense les pratiques d’engagement local avec les communautés roms qui existent déjà. Les médiateurs de santé peuvent jouer un rôle central dans la réponse à apporter à cette crise. Ils comptent parmi les rares personnes qui disposent d’un accès de confiance aux personnes les plus marginalisées. Ils instaurent un dialogue constructif avec les communautés.

La participation et l’autonomisation étant des ingrédients essentiels à une inclusion durable, de tels exemples doivent être reproduits et faire partie intégrante de toute stratégie future. Pour aller de l’avant, la réduction de la pauvreté est essentielle. Elle nécessite notamment d’éliminer la ségrégation en matière de logement, d’améliorer l’accès aux services d’utilité publique tels que l’électricité et l’eau, et de créer davantage de logements sociaux.

La pandémie de coronavirus souligne combien les inégalités persistantes ont laissé de nombreux Roms dans une situation encore plus précaire que celle à laquelle ils font face habituellement. Les communautés roms ont besoin d’une aide urgente et immédiate pour être en mesure de se protéger efficacement contre la déferlante de la maladie au coronavirus 2019 actuellement en cours, ainsi que contre ses conséquences économiques et sociales.

La Journée internationale des Roms, créée en 1990, marque la date de la première réunion internationale des représentants des Roms de toute l’Europe qui s’est tenue le 8 avril 1971 à Chelsfield, au Royaume-Uni.