You are here:

Selon les estimations, le nombre de migrants dans le monde s'élève à près de 272 millions.

Nombre d'entre eux occupent des emplois faiblement rémunérés, livrant de la nourriture et des colis aux personnes restant chez elles. Ils sont souvent employés dans des secteurs aux avant-postes de la lutte contre la COVID-19, fournissant des soins ou des services d’assainissement. Ils peuvent ainsi être davantage touchés par le virus et exposés à celui-ci.

Dans le même temps, les déplacements forcés continuent d’augmenter. À la fin de l'année 2018, on comptait plus de 70 millions de personnes déplacées de force dans le monde, dont près de 26 millions de réfugiés.

La pandémie a compliqué une situation déjà difficile. Les tensions géopolitiques et le malaise qui règnent en Europe n'ont fait qu’aggraver la situation, car la plupart des gens souffrent des répercussions des mesures de santé publique.

Il apparaît également que les taux d'infection sont plus élevés chez les migrants. Le surpeuplement et le manque d'hygiène dans les centres d'accueil, ainsi que l'accès limité aux soins de santé, sont autant de facteurs susceptibles de contribuer à cette situation. Cela complique également le respect des mesures d’hygiène et de distanciation physique liées à la pandémie de COVID-19.

Les restrictions aux frontières ont entraîné des difficultés pour entrer dans l'UE. Les informations faisant état de refoulements et de violences présumés aux frontières se sont multipliées.

L’incendie survenu dans le camp de Moria sur l’île de Lesbos, en Grèce, a mis en évidence les difficultés rencontrées par l’UE pour accueillir des milliers de demandeurs d’asile et de migrants. Un nouvel effort, fondé sur une collaboration renforcée entre l’UE et les autorités nationales, est mené actuellement pour améliorer les conditions de vie.

L'accès à l'enseignement à distance pour les enfants migrants et l’aide à l'emploi pour les travailleurs migrants dont les conditions de travail sont précaires constituent des défis supplémentaires.

Le 23 septembre, la Commission européenne a publié un nouveau pacte sur la migration et l’asile.

Il définit une nouvelle approche de la gestion de la migration et de l'asile dans l'UE. Une attention plus importante est accordée aux procédures aux frontières, à l'amélioration de la coopération avec les pays d'origine et de transit, à l'intégration des migrants et au retour des personnes qui n'ont pas le droit au séjour.

Certains pays ont également intensifié leurs efforts en prêtant une assistance pratique. Ils se sont engagés à reloger les enfants non accompagnés, des milliers d'entre eux continuant de vivre dans des conditions inadaptées après l'incendie du camp de Moria.

Comme l'a déclaré la commissaire européenne aux affaires intérieures, Ylva Johansson : « la migration est normale ; elle a toujours existé et existera toujours ».

En travaillant ensemble, nous pouvons gérer la migration de manière durable, responsable et équitable, en offrant espoir et assistance à ceux qui cherchent une vie meilleure.