News Item

Antisémitisme : les lacunes en matière de collecte de données continuent de masquer la réalité

Des incidents de haine envers les Juifs sont apparus tout au long de la pandémie de coronavirus. Même si le nombre d’incidents antisémites a diminué dans certains pays, le problème principal reste le même dans toute l’Europe : la plupart des incidents ne sont toujours pas signalés. Chaque pays collecte les données différemment et certains n’en collectent aucune. Cette situation continue d’entraver les efforts visant à lutter efficacement contre l’antisémitisme en Europe, comme en atteste la dernière vue d’ensemble annuelle des incidents antisémites produite par l'Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA).

« L’antisémitisme est un problème grave. Mais, en l’absence des données nécessaires, nous n’en mesurons pas la gravité. Ce manque de données nous empêche par ailleurs de lutter efficacement contre l’antisémitisme », déclare le directeur de la FRA, Michael O’Flaherty. « Les pays de l’UE doivent intensifier leurs efforts pour encourager le signalement et améliorer l’enregistrement et la collecte de données, comme le recommande la récente stratégie de l’UE de lutte contre l’antisémitisme et de soutien à la vie juive. Ainsi, nous serons mieux à même de lutter contre la haine et les préjugés envers les Juifs. »

La dernière vue d’ensemble annuelle de la FRA souligne les points suivants :

  • D’importantes lacunes subsistent en matière de collecte de données — Peu de pays de l’UE enregistrent les incidents antisémites d’une façon effective qui permettrait de disposer de données officielles complètes. Certains pays (Hongrie et Portugal) ne collectent aucune donnée officielle.

 

  • COVID-19 — L’antisémitisme, notamment en ligne, a augmenté pendant la pandémie. Parallèlement, les enquêtes de la FRA montrent systématiquement que les actes antisémites sont largement sous-déclarés. Ces lacunes en matière de collecte de données officielles continuent de masquer la réalité.

 

  • Stratégies nationales — Seuls 13 pays de l’UE disposent de stratégies ou de plans d’action nationaux pour lutter contre les actes antijuifs. Six pays (Belgique, France, Grèce, Hongrie, Pays-Bas et Tchéquie) ont mis en place des mécanismes de coopération avec les organisations de la société civile afin de collecter des données sur les incidents antisémites.

 

  • Définition de l’IHRA — Un nombre croissant de pays utilisent la définition opérationnelle de l’antisémitisme élaborée par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA).

Cette vue d’ensemble de la FRA examine les données émanant de sources internationales, gouvernementales et non gouvernementales dans tous les États membres de l’UE, ainsi qu’en Albanie, en Macédoine du Nord et en Serbie. Elle rassemble les données disponibles du 1er janvier 2010 au 31 décembre 2020.

Il s’agit de la dernière édition des rapports annuels de la FRA sur la collecte de données concernant les incidents antisémites commis à travers l’Europe.