You are here:

« Nous ne pouvons plus ignorer le fait que trop de femmes en Europe ne se sentent pas en sécurité. Trop de femmes sont victimes de harcèlement et de violence. Les États membres de l’UE doivent absolument intensifier leurs efforts, afin de fournir un meilleur soutien aux femmes. Nous devons faire beaucoup plus pour combattre la violence envers les femmes et respecter leurs droits. Et il faut le faire maintenant », affirme le directeur de la FRA, Michael O’Flaherty.

Le rapport « Crime, safety and victims’ rights » (Criminalité, sécurité et droits des victimes) fait apparaître les constats suivants :

  • Harcèlement - Plus d’une femme sur quatre (28%) a fait l’objet d’un harcèlement au cours de l’année précédant l’enquête. Les femmes sont davantage victimes de harcèlement sexuel que les hommes et, le plus fréquemment, dans des lieux publics.
  • Violence – Le plus souvent, les femmes agressées l’ont été par un membre de la famille ou un parent proche (30%) et, dans la plupart des cas, au domicile (35%). Une proportion élevée de victimes souffrent de séquelles psychologiques.
  • Crainte d’être victime d’actes criminels – Pour se protéger, 83% des jeunes femmes limitent leurs déplacements et le cercle des personnes qu’elles côtoient.
  • Sous-signalement - Plus de deux femmes sur trois (68%) n’ont pas signalé à la police les actes de violence subis. Cela confirme que les statistiques officielles sur les crimes signalés sous-estiment considérablement l’ampleur de la violence à l’égard des femmes.

Ces données corroborent les conclusions de l’enquête de la FRA de 2012 sur la violence à l’égard des femmes (« Violence against women: an EU-wide survey ») et témoignent de l’importance et de l’intérêt d’offrir un meilleur soutien aux femmes. Ce soutien doit prendre en considération les besoins spécifiques des femmes victimes de violence, notamment en termes de sanctions contre les auteurs, d’éducation et de formation des agents de police, ainsi que des professionnels du droit et de la santé.

Il importe également que les États membres renforcent les mesures visant à prévenir la violence à l’égard des femmes. Dans le domaine du soutien préventif, on peut citer, par exemple, l’organisation de campagnes de dénonciation des violences à l’égard des femmes et de campagnes d’éducation des hommes, qui sont majoritairement les auteurs de ces violences.

La directive européenne relative aux droits des victimes et la  stratégie de l’UE relative aux droits des victimes offrent une image claire de la marche à suivre pour protéger les victimes et leur donner des moyens d’agir. Cela va de services de formation et d’orientation sur l’identification des victimes et l’aide qui peut leur être apportée, à un soutien ciblé des femmes victimes de violence, notamment en ce qui concerne l’accès aux refuges et les mécanismes de signalement.

La nouvelle plateforme des droits des victimes devrait venir appuyer les efforts visant à garantir les droits des femmes et à mieux protéger celles-ci contre la violence et le harcèlement généralisés qui continuent de gâcher leur existence.

Pour plus d’informations, veuillez contacter la FRA par courrier électronique media@fra.europa.eu ou appeler le +43 1 58030 653.