You are here:

Dans les domaines de l’éducation et de l’emploi, ainsi qu’en termes de pauvreté et de conditions de vie précaires, les Roms sont depuis longtemps le groupe le plus marginalisé en Europe. La discrimination généralisée, l’anti-tsiganisme et l’exclusion sociale dont souffrent les Roms ont été signalés à maintes reprises dans les enquêtes de la FRA.

« La COVID-19 et les mesures de restriction prises dans ce contexte ont généré une situation d’exclusion catastrophique pour les Roms partout en Europe. Déjà relégués aux marges de la société, ils ont dû faire face à un dénuement, une discrimination et un harcèlement encore plus pesants », observe le directeur de la FRA, Michael O’Flaherty. « Les Roms doivent être mis à l’avant-plan des efforts déployés par nos gouvernements en vue du retour à une “ nouvelle normalité ” », insiste-t-il.

La pandémie de coronavirus fait cruellement ressortir à quel point les disparités de longue date ont placé de nombreux Roms dans une situation de vulnérabilité croissante et ont renforcé les préjugés. L’image des Roms véhiculée par les médias en 2020 a été analysée par le BIDDH et il en ressort une augmentation spectaculaire des discours de haine, ainsi qu’une accentuation de la désinformation sur les communautés roms et leur rôle durant la pandémie.

« C’est le moment d’accorder une plus grande attention aux communautés vulnérables — telles que les Roms et les Sintis — qui ont une fois de plus été prises pour cible et utilisées comme bouc émissaire d’une situation dont elles ont pourtant elles-mêmes déjà tant souffert », explique le directeur du BIDDH, Matteo Mecacci, avant d’ajouter : « J’appelle les gouvernements à redoubler d’efforts pour lutter contre les préjugés envers les Roms et les Sintis et à soutenir les communautés que la pandémie continue de frapper durement. »

Les communautés roms ont particulièrement souffert des mesures de santé publique, comme le montrent les bulletins en ligne de la FRA sur la COVID-19.

Dans de nombreux pays, les enfants de Roms ne disposent d’aucun équipement technologique intelligent et n’ont pas accès à l’internet. Ils ne peuvent donc pas participer à l’apprentissage en ligne, ce qui aggrave le risque de leur mise à l’écart.

Comme l’indique le BIDDH dans son rapport sur l’impact de la COVID-19 sur les droits de l’homme, il est du devoir des gouvernements d’aider les enfants roms à accéder à l’apprentissage à distance et aux outils numériques.

De nombreux Roms et Travellers étaient déjà sans travail ou travaillaient dans des conditions précaires bien avant la pandémie. À titre d’exemple, en 2019, dans les six pays ciblés par l’étude de la FRA, un Rom ou Traveller sur deux dans la tranche d’âge des 16 à 24 ans était sans emploi et ne suivait ni études ni formation.

En raison des restrictions de déplacement décrétées par les gouvernements pour enrayer la propagation du virus, de nombreux Roms, notamment les vendeurs de rue et les commerçants itinérants, n’ont plus pu travailler. En outre, le fait de travailler dans l’économie informelle leur a largement coupé l’accès à des aides sociales.

Pour réussir, l’engagement avec les communautés roms nécessite une double approche : il faut, d’une part, réduire la pauvreté et lutter contre le racisme et la discrimination, et, d’autre part, soutenir l’émancipation des Roms et permettre aux membres de leur communauté de participer pleinement à la vie publique.

La Roma Leadership Academy annuelle « Nicolae Gheorghe » du BIDDH est une initiative de ce type, qui travaille en étroite collaboration avec les Roms dans le but d’accroître leurs savoir-faire et compétences et de maximiser leur influence et leur impact sur les politiques et processus décisionnels.

Au niveau national, les gouvernements doivent investir davantage dans la lutte contre les préjugés et l’anti-tsiganisme, en particulier au sein des administrations publiques. Les États doivent impérativement s’engager directement et localement avec les communautés de Roms et de Travellers, intégrer les Roms au sein des instances élues et faire plus largement place aux organisations de la société civile rom. Cela permettrait aux gouvernements d’obtenir des informations fiables et de prendre des mesures adéquates pour éliminer, ou du moins atténuer, l’impact négatif des mesures de confinement sur ces communautés.

La pandémie de coronavirus laisse de nombreux Roms dans une situation encore plus vulnérable qu’avant. Les communautés roms ont donc besoin d’une aide urgente et immédiate pour se relever rapidement et concrètement de la pandémie.