You are here:

Selon M. Michael O’Flaherty, directeur de la FRA, «les campagnes de vaccination contre la COVID-19 constituent un coup de fouet bienvenu tandis que la société renoue avec la normalité et que de nombreuses personnes recouvrent l’accès à leurs droits fondamentaux». «Toutefois, les groupes vulnérables risquent d’être négligés dans ces efforts sans précédent de mobilisation en faveur de la vaccination. Les pays de l’UE doivent veiller à ne laisser personne de côté en garantissant un accès équitable aux vaccins à tous les stades des campagnes nationales.»

Le dernier bulletin de la FRA intitulé «Coronavirus pandemic in the EU — fundamental rights implications » (La pandémie de coronavirus dans l’UE — implications en matière de droits fondamentaux) met l’accent sur l’égalité d’accès aux vaccins depuis la planification jusqu’au déploiement. Il révèle comment les pays ont utilisé des canaux et des médias variés pour toucher diverses catégories de la population, y compris les groupes dits «difficiles à atteindre».

L’enregistrement à la vaccination était généralement proposé en ligne et hors ligne afin de combler les fractures numériques et de le rendre facilement accessible à tous. De même, de nombreux pays ont mis en place des services de vaccination mobile. Cela a permis aux personnes âgées, aux personnes vivant dans des zones reculées, aux sans-abri ou aux personnes à mobilité réduite de se faire vacciner.

Toutefois, le bulletin recense également des lacunes dans les stratégies de vaccination et leur mise en œuvre, qui nécessitent de s’attaquer aux problèmes suivants:

  • Établissement des priorités — la priorité accordées aux personnes âgées, celles présentant des problèmes de santé et les travailleurs en première ligne a parfois eu pour effet de négliger d’autres groupes à risque. Un tiers seulement des pays de l’UE considère les détenus comme groupe prioritaire, malgré un risque accru d’infection dû à la surpopulation carcérale. Tous les pays de l’UE n’adhèrent pas aux orientations internationales accordant la priorité aux groupes vulnérables, tels que les Roms et les Travellers, les sans-abri, ou encore les personnes toxicodépendantes.
  • Resquillage — les allégations concernant des personnes non prioritaires recevant des vaccins dans certains États membres sapent la confiance dans l’équité des stratégies nationales.
  • Accès - les détenus, les sans-abri, les demandeurs d’asile et les migrants en situation irrégulière qui, souvent, ne sont pas couverts par les systèmes de santé nationaux, rencontrent des difficultés pour accéder aux vaccins. Toutefois, certains pays éludent l’obligation formelle de disposer d’un numéro de sécurité sociale pour se faire vacciner.
  • Informations -  les pays fournissent rarement des informations accessibles aux personnes handicapées ou rédigées dans différentes langues à celles qui ne parlent pas bien la langue nationale, comme les migrants ou les minorités ethniques.

Le bulletin met en avant les progrès accomplis dans la vaccination des personnes dans l’ensemble de l’UE. Cependant, il attire également l’attention sur les difficultés qui subsistent pour garantir un accès équitable et égal aux vaccins, conforme aux orientations internationales. L’équité vaccinale permettra de réduire le coût économique et social de la pandémie et de protéger les droits sociaux des personnes qui en ont le plus besoin.

Ce bulletin couvre 27 pays de l’UE pour la période allant du 1er mars au 30 avril 2021.

Le rapport 2021 de la FRA sur les droits fondamentaux examine de plus près la manière dont la pandémie a affecté les droits fondamentaux dans l’ensemble de l’UE tout au long de l’année 2020.