Les droits des victimes à  accéder à  la justice et à  être protégées contre la victimisation répétée peuvent rester illusoires en pratique si la victime ne bénéficie pas de conseils et d’aide professionnels. La présente recherche, menée par l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA), examine l’offre de services d’aide à ces victimes dans les 28 États membres de l’UE à la lumière de la directive victimes adoptée par l’UE en 2012. Elle se concentre, non pas sur un extrait des normes en matière de droit fondamental, mais bien sur les résultats pratiques finaux.

Les travaux de la FRA ont révélé des pratiques encourageantes dont pourraient s’inspirer les États membres en quête d’amélioration de leurs structures de soutien aux victimes. Elle a également mis à jour plusieurs domaines dans lesquels les États membres sont actuellement loin de satisfaire les exigences de la directive. Ceux‑ci vont devoir adopter d’autres mesures législatives et politiques afin de se conformer à la directive pour la date de mise en œuvre du 16 novembre 2015.