You are here:
Les agressions et les crimes motivés par le racisme, la xénophobie, l’intolérance religieuse ou les préjugés à l’égard du handicap, de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre d’une autre personne sont autant d’exemples de crimes de haine qui peuvent toucher n’importe quel membre de la société.

Or, ces incidents portent atteinte non seulement à la personne visée, quelle qu’elle soit, mais ils frappent aussi directement au cœur des engagements de l’Union européenne en faveur de la démocratie et des droits fondamentaux à l’égalité et à la non-discrimination.

Afin de lutter contre les crimes de haine, l’Union européenne et ses États membres devraient accroitre la visibilité de ces crimes et amener les auteurs à répondre de leurs actes. La Cour européenne des droits de l’homme a rendu de nombreux jugements selon lesquels les pays se doivent de préciser clairement les préjugés qui sous-tendent les infractions pénales.

Les efforts déployés pour élaborer des politiques ciblées pour lutter contre les crimes de haine sont entravés par un faible taux d’enregistrement des incidents, c’est-à-dire par le fait que peu d’États membres collectent des données exhaustives sur ces infractions. De plus, compte tenu du manque de confiance des victimes de crimes de haine dans les services de police et les systèmes juridiques pénaux, la plupart d’entre eux ne signale pas les incidents dont ils ont fait l’objet, d’où un faible taux de signalement des infractions. La FRA documente à la fois ces lacunes dans la collecte des données et l’importance des préjugés à l’égard de certains groupes comme les Roms, les personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles et transgenre (LGBT), les personnes musulmanes et les communautés de migrants. Parallèlement, l’agence formule des avis quant à la manière d’améliorer la situation.

L’article premier de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne garantit le droit à la dignité humaine, tandis que l’article 10 consacre le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion. L’article 21 interdit toute discrimination fondée notamment sur le sexe, les origines ethniques, la religion, l’orientation sexuelle ou un handicap.
 

Actualités

La collecte de données sur l’antisémitisme au niveau national est insuffisante
08/11/2019

En l’absence de données adéquates, les pouvoirs publics et la société civile ne sont pas en mesure de formuler des réponses efficaces à l’antisémitisme qui persiste en Europe. Le dernier aperçu annuel de la FRA sur les données relatives à l’antisémitisme 2009-2019 recense des lacunes importantes dans l’enregistrement des incidents antisémites d’une manière qui permette de collecter des données officielles adéquates dans l’ensemble de l’UE.

L’ensemble de données de l’enquête de la FRA sur l’antisémitisme est désormais disponible
02/07/2019

L’ensemble de données de la deuxième enquête de la FRA sur l’antisémitisme est désormais à la disposition des chercheurs qui souhaiteraient l’utiliser. Il contient une quantité considérable d’informations concernant les perceptions et les expériences de l’antisémitisme de plus de 16 000 personnes juives dans 12 États membres de l’UE.

Montée des inégalités et du harcèlement et régression de la protection des droits fondamentaux
06/06/2019

Selon le rapport sur les droits fondamentaux 2019 de la FRA, de nombreuses personnes dans l’UE risquent d’être laissées pour compte, car l’intolérance croissante et les atteintes aux droits fondamentaux des personnes continuent à éroder les progrès considérables accomplis jusqu’ici.