Mesures en faveur des femmes pour une meilleure intégration des migrants

Les femmes migrantes doivent relever de multiples défis pour pouvoir s’intégrer pleinement à la société européenne. Cette situation particulière est souvent due aux facteurs cumulatifs d’inégalités que constituent leur genre, leur statut de migrante et leur origine ethnique, comme l’indique le dernier rapport de la FRA, qui souligne la nécessité d’adopter des mesures ciblées et intégrant la dimension de genre pour remédier à ces inégalités.

Le rapport sur les femmes migrantes élaboré par la FRA souligne les différents défis auxquels ces femmes sont toutes confrontées, même si elles ont des origines, des statuts de résidence et des niveaux d’éducation très divers.

Il révèle par exemple qu’un tiers des femmes migrantes ont étudié à l’université et qu’environ un tiers de celles en activité occupent des emplois hautement qualifiés.

Il fait par ailleurs apparaître de grandes disparités entre les États membres de l’UE et les groupes minoritaires étudiés. On peut notamment dégager les conclusions suivantes :

  • Il y a peu de différences entre femmes migrantes et hommes migrants s’agissant de la maîtrise de la langue du pays d’accueil, maîtrise qui constitue une condition préalable importante à l’obtention d’un emploi. Il existe toutefois des différences notables, par exemple entre hommes et femmes d’Afrique du Nord ayant une bonne maîtrise du néerlandais aux Pays-Bas (80% contre 65%) et entre hommes et femmes asiatiques en Italie (49% contre 29%).
  • Globalement, seulement 52% des femmes migrantes interrogées ont un travail rémunéré, contre 73% des hommes migrants. Cet écart est légèrement supérieur à celui observé dans la population en général, au sein de laquelle 63% des femmes et 71% des hommes travaillent. On constate en outre de grandes différences entre les pays. Par exemple, les femmes et les hommes de nationalité turque ont des taux d’emploi identiques (70%) en Suède, alors qu’en Autriche l’écart entre le taux d’emploi des femmes et celui des hommes est élevé (30% contre 81%).
  • Une proportion particulièrement élevée de jeunes femmes migrantes (âgées de 16 à 24 ans) sont sans emploi et ne suivent ni études ni formation en Italie (37%), en Espagne (32%) et en Autriche (29%).
  • Les taux de harcèlement et de violence motivés par la haine sont similaires pour les hommes et pour les femmes, même si, s’agissant des femmes, l’auteur est plus souvent une personne qu’elles connaissent (un voisin, une connaissance, un ami ou un parent). Par ailleurs, deux fois plus de femmes que d’hommes craignent que l’auteur de l’acte n’exercent des intimidations ou des représailles si elles alertent les autorités compétentes.

Ces chiffres soulignent la nécessité d’adopter des mesures et de fournir un appui intégrant la dimension de genre afin de favoriser la participation à la vie sociale et l’inclusion dans la société. Des services de garde d’enfants ou des offres de formation ciblée (notamment de cours de langues) pourraient par exemple être proposés aux femmes migrantes.

Le rapport souligne également le fait que les femmes sont deux fois plus nombreuses que les hommes à migrer pour des raisons familiales, ce qui risque de les rendre dépendantes de leur mari, par exemple pour trouver un emploi ou obtenir un titre de séjour. Les États membres devraient réduire cette dépendance autant que possible, conformément aux orientations de l’UE en matière de regroupement familial, et devraient raccourcir les délais administratifs d’obtention d’un titre de séjour.

Par ailleurs, l’étude remet en cause l’idée reçue selon laquelle les migrants sont souvent victimes de ségrégation sociale et affichent des points de vue traditionnels. En effet, en moyenne, plus de 80% des hommes et des femmes migrants ont des amis qui ne sont pas issus d’une minorité et sont favorables à l’égalité de genre.

Ce rapport incluant une sélection de conclusions s’appuie sur des informations recueillies dans 19 États membres de l’UE dans le cadre de plus de 16 000 entretiens en tête à tête réalisés avec des immigrés et des descendants d’immigrés, dont la moitié étaient des femmes. Cette étude s’inscrit dans le cadre de la deuxième enquête menée à l’échelle de l’UE sur les expériences et les perceptions des minorités en matière de discrimination et de harcèlement de la FRA.