You are here:

L’UE et tous ses États membres sont parties à la Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées et doivent donc honorer les engagements pris.

Il s’agit d’une question urgente, car le vieillissement de la population européenne ne cesse de s’accentuer, augmentant le nombre de personnes handicapées.

La Convention est un moteur de changements qui a fait ses preuves. Un document de la FRA publié en 2015 soulignait à quel point elle sert de catalyseur à des évolutions juridiques et politiques de grande ampleur dans toute l’UE.

Elle a débouché sur des stratégies et des plans d’action nationaux en faveur des personnes handicapées.

Elle a aussi poussé certains États membres à modifier leurs lois et leurs politiques afin de donner plus d’autonomie aux personnes handicapées, de les aider à faire leurs propres choix et à prendre le contrôle de leur vie.

Une nouvelle impulsion nous incite aujourd’hui à agir en ce sens, à l’heure où le nouveau Parlement européen et la nouvelle Commission prennent forme.

On perçoit des signes encourageants qui émanent de la nouvelle Commission européenne.

Sa présidente, Ursula von der Leyen, a demandé à la commissaire chargée de l’égalité, Helena Dalli, de diriger la mise en œuvre de la Convention par l’UE.

La commissaire Dalli propose d’examiner attentivement l’évaluation de la stratégie actuelle de l’UE en faveur des personnes handicapées et de veiller à ce que toutes les futures législations et politiques européennes soient pleinement conformes à la Convention et répondent aux besoins des personnes handicapées.

Elle appellera en outre les personnes handicapées et leurs familles à participer directement à la définition des priorités en matière de promotion des droits des personnes handicapées. Elle consultera également les organisations et les parties prenantes concernées.

La Convention, ainsi que les législations européennes et nationales, constituent une plateforme solide sur laquelle peuvent s’appuyer les initiatives visant à introduire des changements concrets dans la vie des personnes handicapées. Cela passe, par exemple, par l’amélioration de leurs conditions de vie dans la collectivité et de l’accessibilité des services.

Mais pour que de vrais changements se produisent, il faut aussi que les États membres mettent effectivement en œuvre ces législations et veillent à leur application.

Ce n’est qu’alors que l’Europe pourra tenir son engagement politique en faveur d’une «Union de l’égalité» qui produira des résultats concrets pour les personnes handicapées, afin qu’elles soient mieux à même de jouir de leurs droits, sur un pied d’égalité avec les autres.