You are here:

Nous commémorons aujourd’hui la Journée dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste. Nous honorons la mémoire et le souvenir des millions de Juifs, Roms, personnes handicapées, gays et lesbiennes, et nombreuses autres victimes de l’horreur des persécutions nazies.

Hélas, 75 ans plus tard, les Juifs en Europe demeurent confrontés à un antisémitisme persistant et répandu.

Les conclusions de l’enquête de la FRA révèlent l’existence d’un antisémitisme tenace dans toute la société, notamment en ligne, qui crée un sentiment d’insécurité chez beaucoup de Juifs.

Nombreux sont ceux qui évitent les lieux dit « juifs ». Et nombreux sont ceux qui envisagent d’émigrer parce qu’ils ne se sentent pas en sécurité, du fait de leur religion, dans leur propre pays.

L’antisémitisme est si profondément ancré dans la société que de nombreux Juifs sont régulièrement harcelés au quotidien.

L’antisémitisme est courant, mais de nombreuses victimes ne signalent pas les incidents à la police ou à d’autres organisations.

Pourquoi ? Tout simplement parce qu’elles ont le sentiment que rien ne changera.

Ce triste mais éloquent constat souligne qu’il est urgent que les décideurs politiques, à tous les niveaux, renouvellent leur engagement en faveur de la prévention de l’antisémitisme et de la lutte contre celui-ci.

Les États membres doivent aussi prendre des mesures urgentes et immédiates afin de soutenir les communautés juives et pour lutter de manière efficace et durable contre l’antisémitisme.

Il convient pour ce faire d’associer à la démarche un vaste éventail de parties prenantes, y compris les communautés juives et la société civile.

Il convient de renforcer l’enseignement de l’Holocauste, de célébrer la vie juive et de sensibiliser l’opinion publique afin d’apporter une meilleure compréhension de la manière dont l’intolérance affecte les personnes et la société dans son ensemble.

Un tel enseignement dans les écoles est un moyen important pour prévenir l’antisémitisme en amont. De la même manière que la formation des agents de la fonction publique pour adopter et déployer les mesures de prévention dans le but de contribuer à éradiquer l’antisémitisme.

La sécurité est également primordiale. Celle des communautés juives mais aussi celle des manifestations qu’elles organisent et des lieux qu’elles fréquentent.

Une partie de ce processus suppose de travailler de concert avec les communautés juives afin de les encourager à se manifester et à signaler les incidents dont elles sont victimes. Une telle démarche en direction de ces personnes leur insufflera l’idée que les décideurs politiques entendent leurs préoccupations et qu’ils prennent des mesures pour y répondre.

Nous devons tous travailler ensemble pour trouver des solutions durables et effectives qui éradiqueront l’antisémitisme.

La FRA s’engage à continuer d’apporter son soutien à ces efforts en travaillant aux côtés de l’UE, de ses États membres, des communautés et organisations juives.