You are here:

Nombreux sont les Européens qui ne veulent pas partager les données les concernant, comme le montre l’enquête sur les droits fondamentaux réalisée par la FRA en 2020. Quatre personnes sur dix ne souhaitent pas communiquer de données à caractère personnel aux entreprises privées. Et une personne sur quatre ne sait pas comment vérifier les paramètres de confidentialité de ses applications mobiles.

Ces inquiétudes au sujet de la protection de la vie privée et des données ont particulièrement émergé lorsque les gouvernements des États membres de l’Union ont commencé à déployer des applications COVID-19 pour suivre la propagation du coronavirus.

Ces mêmes préoccupations apparaissent à l’égard de l’intelligence artificielle (IA). De nombreuses entreprises utilisant ou envisageant d’utiliser l’IA méconnaissent son incidence sur les droits des personnes. Elles ne sont pas non plus en mesure d’expliquer comment leurs algorithmes utilisent les données personnelles, ni très au courant des règles en la matière. Ce sont quelques-unes des principales conclusions du nouveau rapport de la FRA sur l’IA.

La future législation de l’UE sur l’intelligence artificielle pourrait renforcer les garanties de protection. Il importe que l’UE et les pays de l’UE veillent à ce que les technologies d’intelligence artificielle respectent tous les droits fondamentaux, dont le droit à la protection des données. L’UE doit également clarifier la manière dont les règles relatives à la protection des données s’appliquent à l’IA.

Face au nombre croissant d’industries et de technologies qui s’appuient sur les données, une plus grande clarté et des garanties solides en matière de protection des données s’imposent.

Pourtant, le réexamen du règlement général sur la protection des données (RGPD) effectué en 2020 montre que les approches retenues en matière de protection des données diffèrent encore au sein de l’UE. Il révèle aussi et surtout que les autorités chargées de la protection des données ne disposent toujours pas de ressources appropriées pour faire correctement leur travail.

Ces constats illustrent l’ampleur de la tâche qu’il reste à accomplir. Il est urgent de faire connaître les règles et outils existants, de doter les autorités compétentes en matière de protection des données de ressources et compétences adéquates, et de veiller à ce que des garanties solides soient incorporées dans toutes les législations et politiques de l’UE.