Le rapport analyse des données sur les expériences de 6 579 répondants trans qui ont pris part à l’enquête sur les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT) dans l’UE, enquête qui constitue le plus grand ensemble de données empiriques de ce type à ce jour. Dans cette analyse, la FRA a conclu que, à de rares exceptions près, les répondants trans signalent les niveaux les plus élevés de discrimination, de harcèlement et de violence parmi tous les sous-groupes de personnes LGBT.

La pleine participation sociale de tous, sur un pied d’égalité et sans discrimination est l’une des conditions préalables à société inclusive favorisant la cohésion. À cet égard, les résultats de l’enquête dépeignent une réalité inquiétante. Ils témoignent du fait que l’égalité des personnes trans est un objectif encore difficile à atteindre. Toutefois, ce rapport arrive à un moment où un nombre croissant d’États membres de l’UE prend des mesures pour promouvoir et protéger les droits fondamentaux des personnes trans. Les dirigeants politiques et les décideurs pourraient s’appuyer sur les éléments de preuve collectés et analysés dans le cadre de cette enquête, dans l’élaboration de législations, de politiques et de stratégies visant à mieux protéger ces droits.