You are here:

« Ce rapport met en lumière les difficultés choquantes que subissent trop de Roms et de Gens du voyage dans l’Europe d’aujourd’hui », déclare le directeur de la FRA, M. Michael O’Flaherty. « Les inégalités existant déjà avant la COVID-19, ces conclusions rappellent de toute urgence la nécessité pour les gouvernements et la société de briser le cercle vicieux de la pauvreté et de l’exclusion sociale. »

Le rapport relatif à l’enquête sur les Roms et les Travellers fournit, pour la première fois, des données comparables sur les expériences des Roms, des Travellers et des Gens du voyage en matière de droits fondamentaux en Belgique, en France, en Irlande, aux Pays-Bas, en Suède et au Royaume-Uni. Il met en évidence les inégalités généralisées qui pérennisent les spirales de pauvreté et d’exclusion :

  • Conditions de vie : plus de 90 % des Travellers ou Gens du voyage en Belgique, en Irlande et aux Pays-Bas affirment qu’ils n’ont pas assez d’endroits pour vivre. Un enfant de Roms et de Gens du voyage sur quatre vit dans un ménage qui ne peut accéder aux produits de base, tels qu’une alimentation saine ou du chauffage, ou qui a des difficultés à payer le loyer. Beaucoup sont confrontés à la faim. De plus, leur espérance de vie est inférieure de 10 ans à celle de la population en général.
  • Travail : les Roms et les Gens du voyage sont moins nombreux à exercer un travail rémunéré que la population en général. La proportion varie de 15 % en Irlande à 50 % en Belgique. Pour les femmes et les jeunes, la situation de l’emploi est particulièrement difficile.
  • Scolarisation : près d’un tiers des parents ont déclaré que leurs enfants avaient subi un harcèlement verbal à l’école parce qu’ils sont Roms ou Gens du voyage. Deux tiers des jeunes Roms et Gens du voyage n’ont terminé que le premier cycle de l’enseignement secondaire.

L’UE publiera bientôt son nouveau cadre stratégique pour l’égalité, l’inclusion et la participation des Roms. Pour aller de l’avant, la FRA invite l’UE et ses États membres à collaborer avec les communautés Roms et Gens du voyage afin d’élaborer des politiques et de fixer des objectifs clairs pour :

  • Améliorer la qualité de la vie : les États membres devraient permettre aux Gens du voyage de conserver leur mode de vie, en leur fournissant suffisamment d’aires d’accueil offrant des équipements décents. Ils devraient éviter les expulsions forcées, en particulier parce qu’elles touchent les enfants, et offrir un nouveau logement aux personnes expulsées. Ils devraient également offrir une protection sociale pour améliorer les soins de santé, réduire la pauvreté et éliminer la faim, en particulier chez les enfants Roms et Gens du voyage.
  • Améliorer les possibilités d’emploi : les États membres devraient trouver des moyens pour permettre aux femmes et aux jeunes de trouver un emploi en se forgeant une expérience professionnelle, et grâce à des programmes d’emploi dans le secteur public et un meilleur accès aux comptes bancaires, par exemple.
  • Renforcer les perspectives d’éducation : les États membres doivent adapter l’enseignement aux besoins des Roms et des Gens du voyage, par exemple en recourant à des assistants pédagogiques spécialisés, à la scolarité à domicile et à l’apprentissage à distance, et créer des incitations pour qu’ils atteignent un niveau plus élevé à l’école. Les programmes d’études et la formation des enseignants devraient également être conçus de manière à lutter contre les stéréotypes négatifs liés aux Roms dans les écoles.

L’enquête a comporté des entretiens en face à face entre décembre 2018 et juillet 2019 avec plus de 4 500 Roms ou Travellers ou Gens du voyage. Elle complète les recherches antérieures réalisées par la FRA dans neuf autres pays de l’UE.

Pour plus d’informations, veuillez contacter : media@fra.europa.eu / Tél. : +43 1 580 30 642