You are here:

Le rapport de la FRA sur la criminalité, la sécurité et les droits des victimes (Crime, safety and victims’ rights) fait apparaître les constats suivants :

  • Fraude à la consommation – Plus d’une personne sur quatre (26%) indique avoir été trompée ou induite en erreur lors de l’achat de produits ou de services au cours des cinq années précédant l’enquête. Les jeunes et les personnes ayant un niveau d’éducation plus élevé en ont davantage fait l’expérience lors d’achats en ligne, ce qui peut s’expliquer par le fait que cette pratique est plus fréquente au sein de ces groupes.
  • Fraude bancaire en ligne – Près d’une personne sur dix (8%) a été victime d’une fraude bancaire ou à la carte bancaire au cours des cinq années précédant l’enquête. Les taux varient considérablement entre les États membres de l’UE. Ces variations reflètent probablement les différences nationales en ce qui concerne l’utilisation des services bancaires et cartes de paiement en ligne.
  • Groupes vulnérables – Les personnes handicapées ou souffrant de graves problèmes de santé sont davantage victimes de fraudes. Elles sont environ 14% à avoir été confrontées à une fraude bancaire ou à la carte bancaire en ligne au cours des cinq années précédant l’enquête, alors que 6% des personnes sans handicap ont vécu la même mésaventure. Il ressort également de l’enquête que la fraude à la consommation a touché 36% de personnes handicapées ou souffrant de graves problèmes de santé, contre 23% de personnes n’ayant ni handicap ni grave problème de santé.
  • Crainte de subir une fraude – Environ six personnes sur dix redoutent une fraude bancaire ou à la carte bancaire en ligne (63%) ou un vol d’objets personnels tels que téléphone portable, portefeuille ou sac à main (62%). Les femmes, les personnes peu instruites, les personnes au chômage et les personnes éprouvant des difficultés sur le plan financier ont tendance à se montrer plus inquiètes face à ce type de criminalité. Cela peut s’expliquer par le fait que ces groupes sont davantage affectés par ces délits, car il leur est plus difficile de s’en remettre, financièrement et psychologiquement.

La FRA invite les États membres de l’UE à améliorer la protection des consommateurs et à garantir un accès au droit et à la justice pour les victimes de fraudes.

Il est de leur devoir de faciliter la signalisation des cas de fraude, de garantir la conduite d’enquêtes policières efficaces sur les fraudes et de veiller à ce que les victimes vulnérables reçoivent le soutien dont elles ont besoin.

Ces conclusions se fondent sur les réponses à l’enquête de la FRA sur les droits fondamentaux (Fundamental Rights Survey), recueillies auprès de 35 000 personnes réparties dans l’ensemble des États membres de l’UE, en Macédoine du Nord et au Royaume-Uni.

L’enquête s’est déroulée de janvier à octobre 2019.