Highlights

Produits
A total of 139,799 persons aged 15 years or older who describe themselves as lesbian, gay, bisexual, trans or intersex (LGBTI) completed the online EU-LGBTI II Survey in all EU Member States and the candidate countries of North Macedonia and Serbia.
14
mai
2020
This report presents select findings from FRA’s 2019 survey on LGBTI people in the EU and North Macedonia and Serbia. With almost 140,000 participants, it is the largest survey of its kind. It follows the agency’s first survey on LGBT people in the EU, conducted in 2012. The new survey results show little progress over the past seven years.
In 2019 the EU Agency for Fundamental Rights (FRA) carried out the world’s biggest ever survey of lesbian, gay, bisexual, trans and intersex people’s life experiences. Almost 140,000 LGBTI people told us about their lives – in their own words.
11
mai
2020
In recent years, thousands of girls and boys have reached Europe without their parents, and sought international protection. Many of them experienced violence, abuse and neglect in their home countries, and while in transit. They have the right to be protected in line with the provisions of the UN Convention on the Rights of the Child, the European Convention on Human Rights, and European Union law. This report explores the challenges and good practices gathered in the implementation of such relocation programmes. Based on information FRA collected in 10 EU Member States, it aims to help national authorities to support the relocation of unaccompanied children by taking measures that are fully rights compliant and practically feasible.
Based on the lessons learned from relocation
experiences and on existing international and EU legal
standards, FRA has developed a number of practical
suggestions for the adjustment of relocation efforts to
the protection needs of unaccompanied children. This
guidance aims to be a practical tool for Member States
that wish to engage in the relocation of unaccompanied
children and in any future responsibility-sharing
mechanisms, and to gain knowledge on how this can
be done while respecting the child’s best interests.
8
avril
2020
The outbreak of COVID-19 affects people’s daily life in the 27 EU Member States. As the number of infected people in the EU territory began to mount rapidly in February and March, governments put in place a raft of measures – often introduced in a period of only a few days – in an effort to contain the spread of the virus. Many of these measures reflect how, in exceptional emergency situations, the urgent need to save lives justifies restrictions on other rights, such as the freedom of movement and of assembly. This report outlines some of the measures EU Member States have put in place to protect public health during the COVID-19 pandemic. It covers the period 1 February – 20 March 2020.
Michael O'Flaherty talks in his vlog about the human rights aspects in the context of the Coronavirus epidemic and introduces FRA's new report.
17
mars
2020
The EU Agency for Fundamental Rights (FRA) urges Member States to agree on a simple and practical workflow as soon as possible, to avoid lack of clarity and delays in the relocation process. This paper provides practical suggestions on relocation of unaccompanied children from Greece, building on lessons learned from previous mandatory and voluntary relocation schemes. The paper provides FRA input on the initiative of the European Commission and a group of Member States to relocate unaccompanied children.
In this edition of his vlog, Michael O'Flaherty talks about the human rights aspects in the context of the Corona virus epidemic.
In the latest edition of his video blog, FRA Director Michael O'Flaherty speaks about the publication of FRA's second LGBTI-survey on the 17th of March and how we can use the results to further battle discrimination.
20
novembre
2019
Les droits de l’enfant sont notre priorité. Les mesures visant à garantir la protection et
la participation des enfants s’appliquent à TOUS les enfants au sein de l’UE.
11
novembre
2019
Partout dans l’UE, les personnes d’ascendance
africaine doivent faire face à des préjugés
largement répandus et fermement ancrés
ainsi qu’à l’exclusion. La discrimination et le harcèlement
à caractère racial sont monnaie courante.
Le taux d’expériences de violence raciste varie, mais
atteint jusqu’à 14 %. Le profilage discriminatoire par
la police est une réalité commune. Les obstacles
à l’inclusion prennent de multiples formes, particulièrement
lorsqu’il s’agit de chercher un emploi
et un logement.
8
novembre
2019
This annual overview provides an update of the most recent figures on antisemitic incidents, covering the period 1 January 2008 – 31 December 2018, across the EU Member States, where data are available. It includes a section that presents evidence from international organisations. In addition, for the first time, it provides an overview of how Member States that have adopted or endorsed the non-legally binding working definition of antisemitism adopted by the International Holocaust Remembrance Alliance (IHRA) (2016) use or intend to use it.
12
septembre
2019
FRA’s second EU Minorities and Discrimination survey (EU-MIDIS II) collected information from over 25,000 respondents with different ethnic minority and immigrant backgrounds across all 28 EU Member States. The main findings from the survey, published in 2017, pointed to a number of differences in the way women and men with immigrant backgrounds across the European Union (EU) experience how their rights are respected. This report summarises some of the most relevant survey findings in this regard, which show the need for targeted, gender-sensitive measures that promote the integration of – specifically – women who are immigrants or descendants of immigrants.
4
juillet
2019
Based on FRA’s second large-scale survey on experiences and perceptions of antisemitism, this report focuses on the perspectives of young Jewish Europeans (aged 16-34) living in twelve EU Member States. It first describes this particular group and takes a look at defining antisemitism and understanding the place of Israel in it.
Fundamental Rights Report 2019: Ten years after the UN’s Disability Convention entered into force, 2018 saw it continue
to drive advances in disability rights across the EU.
Fundamental Rights Report 2019: Not all children benefit equally from efforts to guarantee child rights.
Some groups face particular difficulties.
Fundamental Rights Report 2019: Anti-Gypsyism across the EU remains a persistent barrier to improving the social and
economic situation of Roma today.
Fundamental Rights Report 2019: Ethnic minorities and migrants continue to face harassment and discrimination across the EU,
despite longstanding EU laws against racism.
Fundamental Rights Report 2019: Efforts to advance equality moved ahead in some areas but remain stalled in others.
Ce jour marque le 30e anniversaire de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant – un traité historique sur les droits humains. La Convention a changé la manière dont les adultes voient et traitent les enfants. Mais malgré les progrès considérables accomplis en Europe, de graves problèmes, comme la pauvreté des enfants, subsistent.
En l’absence de données adéquates, les pouvoirs publics et la société civile ne sont pas en mesure de formuler des réponses efficaces à l’antisémitisme qui persiste en Europe. Le dernier aperçu annuel de la FRA sur les données relatives à l’antisémitisme 2009-2019 recense des lacunes importantes dans l’enregistrement des incidents antisémites d’une manière qui permette de collecter des données officielles adéquates dans l’ensemble de l’UE.
Les femmes migrantes doivent relever de multiples défis pour pouvoir s’intégrer pleinement à la société européenne. Cette situation particulière est souvent due aux facteurs cumulatifs d’inégalités que constituent leur genre, leur statut de migrante et leur origine ethnique, comme l’indique le dernier rapport de la FRA, qui souligne la nécessité d’adopter des mesures ciblées et intégrant la dimension de genre pour remédier à ces inégalités.
Selon un rapport publié aujourd’hui par la Commission européenne et l’Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne (FRA), de nombreux jeunes Européens juifs sont victimes de harcèlement antisémite en Europe, mais font également preuve d’une grande résilience en exprimant clairement leur identité juive. L’amplification des discours de haine et de l’intolérance à leur égard montre qu’il est urgent de poursuivre les efforts concertés afin d’apporter une réponse adéquate à l’hostilité de longue date et persistante de la société envers les Juifs.
L’ensemble de données de la deuxième enquête de la FRA sur l’antisémitisme est désormais à la disposition des chercheurs qui souhaiteraient l’utiliser. Il contient une quantité considérable d’informations concernant les perceptions et les expériences de l’antisémitisme de plus de 16 000 personnes juives dans 12 États membres de l’UE.
Selon le rapport sur les droits fondamentaux 2019 de la FRA, de nombreuses personnes dans l’UE risquent d’être laissées pour compte, car l’intolérance croissante et les atteintes aux droits fondamentaux des personnes continuent à éroder les progrès considérables accomplis jusqu’ici.
Les élections et référendums qui ont eu lieu récemment dans toute l’Europe ont laissé apparaître très clairement une chose : il est important de voter. En effet, la manière dont nous votons, ainsi que le fait même de voter ou de ne pas voter, peuvent changer nos sociétés pour des générations.
Trop de personnes issues de minorités ethniques ou de populations migrantes sont encore exclues du marché de l’emploi. Pourtant, des lois contre la discrimination raciale et pour l'égalité des chances en matière d’emploi sont en place depuis des décennies. C’est ce qu’ont déclaré aujourd'hui les dirigeants de trois institutions européennes de défense des droits de l’homme, dans un communiqué conjoint à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale.
Dans l’ensemble de l’UE, de nombreux États membres améliorent leurs données sur l’égalité afin d’aider les responsables politiques à lutter contre la discrimination et à combattre les préjugés. À titre d’orientation, l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne vient de publier un recueil en ligne de près de 40 pratiques en vigueur dans 15 pays en matière de collecte et d’utilisation de données sur l’égalité.
Dans un contexte de regain d’antisémitisme, la Journée internationale de commémoration de l’Holocauste, célébrée le 27 janvier, est l’occasion de réaffirmer notre engagement en faveur des droits humains et de se souvenir des millions de personnes tuées pendant la Seconde Guerre mondiale.
Tout au long de l’année 2019, l’agence continuera d’œuvrer résolument en faveur de la promotion et de la protection des droits de l’homme par tous, au cours d’une année qui marquera les 10 ans de la déclaration des droits édictée par l’Union européenne elle-même, à savoir sa Charte des droits fondamentaux.
L’année 2018 a été marquée par de nombreux anniversaires importants dans le monde des droits humains. En effet, nous avons commémoré les 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’homme, et les 65 ans de la Convention européenne des droits de l’homme.
Discours de haine antisémites, harcèlement et crainte d’être reconnu en tant que juif : voici quelques-unes des réalités affrontées par les personnes juives dans l’UE aujourd’hui. Selon une importante enquête répétée de la FRA sur les personnes juives, la plus vaste enquête de ce type jamais réalisée dans le monde, il semble que cette situation s’aggrave.
L’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) vient de lancer un outil en ligne pour contribuer à la lutte contre la haine envers les musulmans. Cet outil consiste en une base de données facile à utiliser qui met à disposition des informations sur les crimes de haine, les discours de haine et la discrimination à l’égard des musulmans dans l’ensemble de l’Union européenne.
Selon les conclusions d’une importante enquête répétée de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne, les personnes noires dans l’UE rencontrent des difficultés inacceptables ne serait-ce que pour trouver un logement ou un emploi décent, en raison de leur couleur de peau. Le harcèlement à caractère raciste reste également un phénomène trop répandu.
Selon le dernier aperçu annuel des données relatives à l’antisémitisme dans l’Union européenne, publié par l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA), la persistance des problèmes posés par la quantité limitée des données entrave la mise en œuvre de mesures efficaces pour lutter contre les problèmes relatifs à l’antisémitisme qui perdurent en Europe. Sans ces données, les efforts entrepris par les autorités et par la société civile pour lutter contre l’antisémitisme ne seront pas ciblés et resteront généraux.
Près de 60 % des Européens considèrent le fait d’être âgé comme un désavantage lors de la recherche d’emploi. Les personnes âgées sont souvent perçues comme un fardeau par la société. Nous ignorons trop souvent les droits humains fondamentaux de nos aînés. Cette année, dans son rapport 2018, l’Agence des droits fondamentaux de l’UE (FRA) examine l’avènement récent d’une approche fondée sur les droits tendant au respect des personnes âgées.
La promotion de l'égalité et la lutte contre le racisme sont essentielles pour renforcer la cohésion sociale et la sécurité démocratique, ont déclaré les dirigeants de trois institutions européennes des droits de l'homme dans une déclaration commune à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale.
L’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) et la Cour européenne des droits de l’homme viennent de publier une mise à jour du manuel pratique de droit européen en matière de non-discrimination, qui connaît un grand rayonnement.
La protection des droits de l’homme n’est pas un obstacle à la lutte contre le terrorisme ; tel était l’un des principaux messages transmis par le Directeur de la FRA à la Commission spéciale sur le terrorisme du Parlement européen. Au contraire, comme il l’a souligné lors d’un échange de vues avec les membres de la commission pendant une réunion qui s’est tenue le 8 janvier à Bruxelles, l’adoption d’une approche respectueuse des droits de l’homme peut favoriser la création d’une société sûre et renforcer la sécurité.