Les résultats dressent un portrait d’abus graves, qui touchent la vie de nombreuses femmes, mais dont le signalement aux autorités reste faible. Par conséquent, l’envergure de la violence envers les femmes n’est pas reflétée par les données officielles.

Cette enquête de la FRA est la première du genre à porter sur la violence à l’égard des femmes dans les 28 États membres de l’Union européenne (UE). Dans le cadre d’entretiens, 42 000 femmes issues de l’UE ont été interrogées sur leurs expériences de violences physiques, sexuelles ou psychologiques, perpétrées notamment par un(e) partenaire intime (« violence domestique »). D’autres sujets sont également abordés, tels que les expériences en matière de traque furtive, de harcèlement sexuel, de violences pendant l’enfance, et le rôle joué par les nouvelles technologies dans les abus subis. Sur la base des résultats détaillés, la FRA suggère des voies à suivre comme éléments de réponse dans différents domaines pour une intervention s’étendant au-delà du droit pénal, dans les secteurs de l’emploi, de la santé et des nouvelles technologies.